Ichnos-Anthropos/Homme-Trace

     

1/ OBJECTIF

Questionner la complexité de la notion de trace

 en passant de la pluridisciplinarité à l’interdisciplinarité

 puis de l’interdisciplinarité à la transdisciplinarité.

 


2/ ETAPES

SINCE 2009.  TEAM  ICHNOS-ANTHROPOS (InfoCom + SHS)

(Dir. B. Galinon-Mélénec, CDHET, EQUIPE HOMME TRACE DE l’UMR IDEES 6266 du CNRS)

PUBLICATIONS :

  • GALINON-MELENEC Béatrice (dir.), L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces humaines contemporaines, Paris, CNRS éditions, série L’Homme-trace tome 1, 2011, 409 pages.
  • GALINON-MELENEC Béatrice,  « The future of the « Homme-trace », A substantial societal challenge », NETCOM, 28-1/2 (2014), pp. 107-130,  (publication en français et en anglais).
  • GALINON-MELENEC Béatrice, LIENARD Fabien, ZLITNI Sami, L’Homme-trace Inscriptions corporelles et techniques, Paris, CNRS éditions, série L’Homme trace tome 3, 2015, 280 pages.

N.B. Pour une présentation du PARADIGME DE L’HOMME-TRACE (en anglais) voir la vidéo de la Conférence mondiale 2015 de l’UNITWIN UNESCO sur les systèmes complexes sur : https://www.youtube.com/watch?v=k0A46_Vki6s.

SINCE 2009.  TEAM TRACES (INFOCOM + pluridisciplinaire)

(Dir. B. Galinon-Mélénec CDHET, EQUIPE HOMME TRACE DE l’UMR IDEES 6266 du CNRS)

PUBLICATIONS :

  • GALINON-MELENEC Béatrice, « From « TRACES » and « HUMAN TRACE » to « HUMAN-TRACE PARADIGM » » in Pierre Parrend, Paul Bourgine, Pierre Collet (Edit.), First Complex systems Digital Campus World E-Conference, Springer 2015, (publication en anglais).
  • GALINON-MELENEC Béatrice, « Epistémologie de la notion de trace », Préface de  L’Homme-trace. Inscriptions corporelles et techniques, Paris, CNRS éditions, série L’Homme trace, tome 3, 2015, pp 9-27.
  • GALINON-MELENEC Béatrice, « La trace : proposition anthropologiques et ontologiques. Le rôle de la trace dans l’interprétation du monde par l’Homme », Postface de « Quand les traces communiquent» (dir. L. Idjeraoui-Ravez et N. Pelissier),  L’Harmattan, 2014, pp. 219-240.
  • GALINON-MELENEC Béatrice, «À la recherche de la trace», in Communication & Organisation, n°47, 2015, http://communicationorganisation.revues.org/4876.

 

SINCE 2010. TEAM COREMT (COgNitive REMediation Trace)

(Médicine, psycho, Sciences Cognitives, Imagerie cérébrale)      

(Dir. Joel Colloc,  Armelle Jacquet, Michèle Molina, M. Bedoui Tunisie)

PUBLICATION :

  • COLLOC Joel., BONENFANT Maud., Big « Data, human trace and profiling » in Pierre Parrend, Paul Bourgine, Pierre Collet (Edit.), First Complex systems Digital Campus World E-Conference, Springer 2015, (publication en anglais).

SINCE 2010.  TEAM TRACES-NUM   (INFOCOM + pluridisciplinaire)

(Dir. B. Galinon-Mélénec & Sami Zlitni, CDHET, EQUIPE HOMME TRACE DE l’UMR IDEES 6266 du CNRS)

PUBLICATION :

  • GALINON-MELENEC Béatrice, ZLITNI Sami, (dir.), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, CNRS éditions, série L’Homme-trace tome 2, 2013, 274 pages.

Archive Audio Université du Havre :

Archives Vidéo de l’université de Rouen :

SINCE 2011.TEAM COM-ELECT     (InfoCom, Sciences du langage, SHS)

(Dir. Fabien Liénard & Sami Zlitni, CDHET, EQUIPE HOMME TRACE de l’UMR IDEES 6266 du CNRS).

Cf. http://cdhet.galilo.info/page/CDHET%20actualites.htm

PUBLICATION :

  • LIENARD, F. & ZLITNI, S. (dir.), TIC, communication électronique et traces numériques, Revue internationale NETCOM, volume 26, 2012, n° 1-2, 144 p. 

SINCE 2011. TEAM MEMORY, HERITAGE AND COMMUNICATION (INFOCOM + pluridisciplinaire)

(Dir. Dr. Linda Idjéraoui – Ravez, Nicolas Pelissier, Paul Rasse, Labo. I3M, Nice, France et I. Dragan Roumanie)

PUBLICATION :

  • IDJERAOUI-RAVEZ Linda, PELISSIER N. (dir), Quand les traces communiquent», L’Harmattan, 2014.

SINCE 2012.  TEAM TRACK/TRACES-COMPLEX KNOWLEDG (Informatique, sciences de l’information + SHS)

(Dir. Alain Mille, Pierre-Antoine Champin, Amélie Cordier, Labo. UMR CNRS 5205 LIRIS, Team SILEX, Lyon University, France)

https://webtv.univ-rouen.fr/videos/ouverture-du-collqoue/

PUBLICATION :

  • MILLE Alain (dir.), «  De la trace à la connaissance à l’ère du web », Intellectica, 2013/1, n°59,

SINCE 2015.  TEAM TRACES OF THE BODY

(Dir. Bernard Andrieu Labo. TEC Paris V-Descartes  & B. Galinon-Mélénec Labo. UMR IDEES CNRS 6266, Equipe Homme-Trace)

PUBLICATION :

  • ANDRIEU Bernard et GALINON-MELENEC Béatrice, Traces du corps (titre provisoire), tome 4 de la série L’Homme Trace (à paraître  chez CNRS éditions en 2017).

SINCE 2014.  PROJECT  AREMT/ ARt and EMotional Traces (Art, esthétique, design)

(Dir. Bernard Lafargue et Cecile Croce, Labo MICA, Bordeaux 3)

SINCE 2015. PROJECT TRACTTEMED/ TRAces, Cultures, TEchnology, Territories and MEditerranean Diversity

(Dir. Françoise Bernard, Labo. EA-4262 IRSIC, Aix-Marseille)

SINCE 2015.  PROJECT THE TRACES OF HOMO LUDENS

(Dir. Maude Bonenfant,  Labo. UQUAM, Montreal)

SINCE 2015. PROJECT HERISCRIPT/ HERITage/SCRIPt/Traces

(Dir. Hafida Boulekbache-Mazouz & Sylvie Leleu-Merviel,  Univ de Valenciennes, labo De Visu)

SINCE 2015. PROJECT GEOTRACECOMPLEX Géographie-traces-système complexes

(Dir. Bernard Elissalde, UMR IDEES 6266 du CNRS, Rouen)


3/ STRUCTURATION INSTITUTIONNELLE

du E LABORATOIRE HUMAN TRACE CS DC UNESCO

La structuration du E. LABORATORY HUMAN TRACE CS DC UNESCO présentée selon les normes de l’Unitwin et en anglais est disponible sur :

http://tinyurl.com/human-trace-Unesco


    

4/ HUMAN-TRACE  CS DC UNESCO

(PRESENTATION EN FRANÇAIS)

 

UniTwin UNESCO CS

Digital Campus

Unitwin network

The Unitwin Network on

Complex Systems

Digital Campus : 

Official validation: August 26, 2013

Human trace

CS DC UNESCO

Graphe

E-Laboratory_on_human_trace

Complex_Systems

Digital_Campus :

Official validation: March 3, 2014

 

 POWER POINT in english     click

PRESENTATION in english   :  click

ALBUM PHOTOS de l’année 2013-2014 : click

INTRODUCTION

 1/ TRACE, PLURI-DISCIPLINARITÉ, ÉPISTÉMOLOGIE

In english : THE FUTURE OF THE “HOMME-TRACE” : A substantial societal challenge » cf. http://netcom.revues.org/1554

La question de la trace comme objet de recherche relève ici d’une démarche épistémologique qui se décline de manière pluridisciplinaire à travers des « objets » de recherche, encore appelés « Programmes » ou  « Projets ».

Il en résulte une avancée transdisciplinaire dans la compréhension des interactions entre un Homme dont l’ensemble du corps (y compris le cerveau) est un construit de traces, perçues dans toutes leurs complexités, et un environnement multi-échelles lui même complexe. C’est dans le cadre de cette dynamique systémique que l’Human-Trace participe à L’UNITWIN COMPLEX SYSTEME DC UNESCO (http://tinyurl.com/human-trace-unesco).

Dans ce contexte, Human-Trace propose de constituer progressivement une forme innovante de réseau international de réseaux pluridisciplinaires de recherches autour de la trace. Le cadre mis en place par UniTwin/UNESCO permet d’articuler – sans les fusionner – toutes ces approches.

Le premier réseau (réseau fondateur situé au Havre/France : http://www.umr-idees.fr/?l-homme-trace) s’est développé autour de la notion d’Homme-Trace et de la mise en perspectives anthropologiques  des traces contemporaines. Il a associé des recherches conduites en France à des recherches menées au Québec.  Depuis sa création en 2010, il a donné lieu à de nombreux séminaires et à plusieurs publications dont un premier ouvrage qui a fait date : Homme Trace : mise en perspective anthropologique des traces contemporaines, Série Homme trace, tome I, CNRS éditions 2011.

Dès l’origine,  le réseau en sciences-humaines « Homme-trace » s’est associé aux informaticiens pour penser la question contemporaine des traces numériques et a constitué RIGHT (https://rightunivlehavre.wordpress.com) coordonné par Béatrice Galinon-Mélénec, Pr en Sciences de l’information et de la communication et Cyrille Bertelle, Pr en informatique.

En octobre 2013, l’approche  mettant l’accent sur la modélisation numérique de la trace d’interactions dans l’environnement informatique prend le nom de TRACK (TRACES-COMPLEX KNOWLEDGE). Fondée par Pr. Alain Mille (informaticien), elle est désormais coordonnée par l’équipe SILEX  du LIRIS (Lyon 2).

D’autres projets – intégrant l’anthropologie, la psychologie, les sciences cognitives, l’art, l’archéologie, la médecine, la psychanalyse, la géographie et la sociologie etc. – sont en permanence en cours d’examen.

Pour connaître les programmes émergents, voir plus loin le paragraphe « Programme de recherche ».

2/ REGROUPEMENT DES RECHERCHES SUR LA TRACE DANS UN MÊME ESPACE WEB IDENTIFIÉ

La structure de HUMAN-TRACE-DC reprend la dynamique organisationnelle de tout laboratoire  de recherche : des  thématiques variées regroupées par axe, par projet, par équipes (voir plus loin la liste des laboratoires ayant un ou plusieurs programmes portant sur la question de la trace) : https://rightunivlehavre.wordpress.com/ichnosanthropos/equipes-de-recherche/

La plus-value d’un regroupement  des recherches sur la trace dans HUMAN-TRACE DC CS UNESCO consiste en la mise à disposition de toutes ces contributions dans un même espace web identifié.

La plateforme Human-trace DC CS UNESCO vise à favoriser :

1/ les questions épistémologiques  relatives à la notion de trace ;

2/ l’émergence d’une nouvelle intelligence collective et interdisciplinaire de la notion de race ;

3/ une modélisation conceptualisée des moyens à mettre en œuvre pour prévenir les risques, ou pour les canaliser, ou pour envisager des remédiations pertinentes ;

4/ un développement durable,  soutenable pour l’espèce humaine, placé dans une vision complexe qui met l’Homme face à ses responsabilités. Ce qui suppose qu’il puisse faire des choix éclairés entre des solutions, souvent en tension contradictoire entre une modélisation rationnelle simplificatrice au service de l’action et le respect d’une complexité qui confronte l’Homme aux limites de sa Raison.

Pour atteindre cet objectif, l’organisation s’appuie chaque année sur de nouvelles forces vives.

En juin 2014, l’invitation faite à Sylvie Leleu-Merviel de devenir directrice adjointe de Human-trace DC CS renforce particulièrement le potentiel de développement du projet de plateforme numérique, dans la mesure où elle est spécialiste de l’ingénierie du document et des TIC. Cf. http://www.univ-valenciennes.fr/DEVISU/contacts-lsc.

A/ HUMAN-TRACE- DC : PRÉSENTATION GÉNÉRALE

1/ RÉFÉRENCE DU  SITE WEB HUMAN-TRACE DC et NOM DU RESPONSABLE

La responsable de HUMAN-TRACE est Pr. Béatrice Galinon-Mélénec (beatrice.galinon-melenec@univ-lehavre.fr  & galinon@free.fr), Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication à Normandie Université, UMR IDEES CNRS, 6266. Ses travaux les plus récents portent principalement sur les processus d’interactions en matière de communication et sur les raisonnements par abduction induits par l’hypothèse de l’existence de traces processuelles. Fondatrice de Human-trace, elle est également co-directrice de RIGHT (Research : International Group of Human-Trace).

Sylvie Leleu-Merviel (Sylvie.Merviel@univ-valenciennes.fr), Professeur des universités en sciences de l’information et de la communication à l’université de Valenciennes, a été nommée (le 23 Juin 2014), directrice adjointe du e-laboratoire on Human-Trace. Ses travaux les plus récents portent principalement sur l’ingénierie du document analysée sous l’angle des processus informationnels et sur la construction du sens des traces inscrites.

La présentation via des conférences satellites a été faite en juin 2014 : Cliquez sur ce lien.

Le site WEB  (en anglais) est (http://tinyurl.com/human-trace-unesco).

2/ CONTEXTE D’ÉMERGENCE DE HUMAN-TRACE DC

La première partie du XXIème siècle a été marquée par l’exacerbation des questions relatives à la prolifération des traces (développement durable, traces numériques, risques sur la santé,  protection des données personnelles et de l’identité, cybercriminalité, etc.) liées aux activités humaines.

Il s’agit ici de réunir les chercheurs soucieux de répondre à ces enjeux sociétaux. La concentration conséquente permet de saisir l’entrelacement des systèmes en cause et de les penser en termes de complexité.

3/ OBJECTIFS SCIENTIFIQUES ET SOCIÉTAUX DE HUMAN-TRACE DC

L’objectif scientifique consiste à montrer comment la question de la trace et de son interprétation répond à des processus complexes.

Cet objectif scientifique participe au développement de la coopération des diverses régions du monde.  Dès début 2014, le Comité Scientifique comprenait un représentant pour chacun des 5 continents.

La prise en compte de l’inter culturalité et de l’inter discipline conséquente est de nature à soutenir les recherches situées dans le temps long et dans la protection – individuelle et sociale – de l’espèce humaine.

L’objectif sociétal de HUMAN-TRACE-DC vise également à permettre aux acteurs de penser la question des traces en termes de risques, de prévention et de remédiation.

4/ LA TRACE : UN OBJET COMMUN IDENTIFIÉ AUX CHERCHEURS DE HUMAN-TRACE DC

HUMAN-TRACE-DC a la notion de trace pour objet commun identifié. Les  chercheurs de ce e. laboratoire se sont d’ailleurs rencontrés à l’occasion de séminaires interdisciplinaires qu’ils ont organisés à Paris et en Normandie.

Un certain nombre de laboratoires français (https://rightunivlehavre.wordpress.com/ichnosanthropos/equipes-de-recherche/) se sont déjà associés à leur démarche. Un chercheur individuel peut également – après validation- et devenir « full member ». Ces différents apports permettent de nourrir la compréhension d’une complexité née de l’entrelacement de toutes les formes de traces.

HUMAN-TRACE-DC correspond à un projet de mise en commun de moyens en termes humain, scientifique et technique. Cette extension vise à diffuser via le web les  recherches sur la trace produites dans les différentes disciplines scientifiques,  et cela, quel que soit le pays.

Les références bibliographiques fournies par les participants, en  permettant de dépasser les cloisonnements disciplinaires, favorisent la compréhension de l’ICHNOSANTHROPOS (HOMME-TRACE), conception de l’Homme qui s’inscrit dans une perspective d’interactions entre des systèmes adaptatifs complexes : le paradigme français de l’« Homme-trace » pose que « l’Homme est à la fois un producteur de traces et un construit de traces, le tout fonctionnant en boucle dans un continuum faisant système ». Il fait écho aux recherches en anthropologie. Cette approche  invite chaque chercheur à intégrer des approches qui décloisonnent les disciplines et les cultures.

5/ LE PROJET SUR 6 ANS : UN SYSTÈME DE VEILLE INTERNATIONALE SUR LA TRACE

A court et moyen terme, HUMAN-TRACE/DC s’inscrit dans le projet de mise en place d’un système de veille internationale sur la trace, en vue de faciliter les décloisonnements disciplinaires, culturels et territoriaux.

L’actuel état des lieux montre que les dépôts scientifiques relatifs à la thématique de la trace qui existent déjà sur le web ou dans les institutions le sont de façon :

– disséminée : elles sont donc difficilement repérables par toutes les disciplines
– souvent éphémère : HUMAN-TRACE/DC doit permettre de capitaliser les signalements peu accessibles à certains pays ; la centralisation des références sur une seule adresse permettra une plus grande accessibilité de la diversité des sources.

Sur le plan technique, il s’agit à  moyen et long terme d’aboutir  non seulement à des programmes internationaux interdisciplinaires, mais aussi à produire  un WIKI scientifique  sur la trace qui s’alimentera selon le même modèle que Wikipédia. Dans l’un et l’autre cas, un  conseil scientifique ad hoc valide la pertinence de la participation  à  HUMAN-TRACE DC.

6/ LES MODALITÉS DE PARTICIPATION

L’appartenance au E. LABORATORY UMAN TRACE COMPLEX SYSTEM UNITWIN UNESCO ouvre la possibilité de conduire un programme spécifique sur la trace avec les laboratoires déjà inscrits ou celle de valoriser des travaux qui existent déjà (sur la trace).

La lettre de demande de participation (rédigée en français et en anglais) comprend les éléments suivants : 1/ Titre du projet (acronyme si déjà connu). 2. Nom du responsable du projet, nom de son laboratoire d’appartenance, son courriel. 3. Liste des laboratoires, collègues impliqués et institutions partenaires 4. Objet du projet (1 .5 pages). 5. Durée du projet 6. Adéquation avec les objectifs du laboratoire HUMAN TRACE COMPLEX SYSTEM UNESCO 7. L’impact des travaux sur la trace en terme de développement du (des) laboratoire(s)/équipe(s) concerné(e)s ? 8. Comment les résultats issus de ce projet seront-ils valorisés (Conférences, Ouvrages, Posters, Colloques, etc.) ? 9. Quels sont les financements a) demandés ; b) obtenus.

La demande est adressée simultanément à Pr. B. Galinon-Mélénec et Pr. S. Leleu-Merviel. Elle est communiquée à des experts français et anglais – membres de l’UNITWIN UNESCO – qui en valident la pertinence

B/ COMITÉ SCIENTIFIQUE

  • JAN SERVAES

University of Massachusetts, USA
UNESCO Chair in Communication for Sustainable Social Change.
mailto:jservaes@comm.umass.edu
Web Site:http://www.scoop.it/t/jan-servaes/p/439701024/2011/09/08/amherst-unesco-university-chair-joins-orbicom-american-style-life

  • Bertrand CABEDOCHE

Professor responsible UNESCO Chair International Communication and unitwin ORBICOM UNESCO.
Professor of Information Science and Communication, France, Grenoble 3 Stendhal University, researcher at GRESEC, head of UNESCO Chair International Communication and ORBICOM UNESCO.
mailto: bertrand.cabedoche@u-grenoble3.fr
Web Site: http://orbicom.ca/fr/profile-view/userprofile/cabedoche.htm

  • Anne Marie LAULAN

Professor of Sociology, Chair of French Liaison Committee of MOST (social sciences, UNESCO). It is a partner of the Agence universitaire de la Francophonie and particularly following the training records of ICT in developing countries. As she participated in the SMSI preparatory process.
mailto: mailto:amlaulan@orange.fr Web Site: http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne-Marie_Laulan

  • Yves JEANNERET

Professor of information science and communication. Responsible for the Chair Innovation and entrepreneurship in the communications and media, He co-leads with Emmanuël Souchier journal Communication & languages and directs the collection Communication, mediation and social constructs Hermès-Lavoisier. It is at the office of Franco-Brazilian Mediations and social uses of knowledge and information (MUSSI) and that of multidisciplinary Thematic Network « Visual Studies » (CNRS).
mailto:yves.jeanneret@celsa.paris-sorbonne.fr
Web Site: http://fr.wikipedia.org/wiki/Yves_Jeanneret

  • Yves WINKIN

Belgian professor of communications, author of Anthropologie de la communication : de la théorie au terrain, Bruxelles, Éditions De Boeck Université ; 1996. Partial translation in Portuguese (Campinas, Papirus Editora, 1999). New completely redesigned Éditions du Seuil, collection « Points » edition, No. 448, 332 pages, February 2001.
mailto: Yves.Winkin@ens-lsh.fr
Web Site : http://socio.ens-lyon.fr/winkin/

  • Jacques PERRIAULT

Professor of information science and communication. He chaired the Commission AFNOR « Computer Aids for access to online knowledge. »
mailto:jacques.perriault@gmail.com
Web Site: http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Perriault

  • Paul Laurent ASSOUN

Professor of psychoanalysis at Jussieu, Paris 7, France is now director of the Philosophy collection Presses Universitaires de France, Psychoanalysis and social practices in Anthropos / Economica and member of the editorial board of la revue de psychanalyse penser/rêver (éditions de l’Olivier).
He is also « Practitioner analyst. »
mailto:paullaurent.assoun@gmail.com
Web Site: http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul-Laurent_Assoun

  • Sung Do KIM

Inha University, Incheon, S. Korea
Professeur de sémiotique et de culturologie, in the department of linguistics, College of liberal Arts.
mailto:dodo@korea.ac.kr
Web Site: http://www.topuniversities.com/universities/inha-university/

C. AMBASSADEURS

AUSTRALIE

University of Newcastle :

  • Peter SUMMONS : Peter Summons <peter.summons@newcastle.edu.au>

BELGIQUE

Université de Liège :

  • Maria-Giulia DONDERO :Maria Giulia Dondero <mariagiulia.dondero@ulg.ac.be>

CANADA

Université Laval à Québec :

  • Gilles GAUTHIER : Gilles Gauthier <Gilles.Gauthier@com.ulaval.ca>

Université de Québec à Montréal :

  • Benoit CORDELIER : Benoît Cordelier <cordelier.benoit@UQAM.CA>

CORÉE

Korea university à Séoul :

  • Sung Do KIM :dodo <dodo@korea.ac.kr>

ITALY

University of Turin :

  • Massimo LEONE : Massimo Leone <massimo.leone@unito.it>

SUISSE

Medi@LAB/Genève :

  • Patrick-Yves BADILLO : pybadillo BADILLO <pybadillo@gmail.com>

TUNISIE

TIM LR12ES06, Medicine Monastir :

  • Mohamed Hedi BEDOUI : Med Hedi Bedoui <MedHedi.Bedoui@fmm.rnu.tn>

USA

University of Massachusetts:

  • Jean SERVAES : Jan Servaes <9cssc9@gmail.com>

University of Georgia :

  • Janine E. ARONSON : Janine E Aronson jaronson@uga.edu

University of Arizona :

D. LISTE DES ÉQUIPES, DES DIRECTEURS DE RECHERCHES ET DES CHERCHEURS ASSOCIÉS

1/ Les ÉQUIPES et LABORATOIRES  associés à HUMAN-TRACE-DC se sont engagés à faire connaître les publications, séminaires et colloques qu’ils (elles) organisent pour faire avancer la problématique de la TRACE. Pour connaître la liste des laboratoires,  cliquez sur lien.

2/ Les CHERCHEURS associés à HUMAN-TRACE-DC se sont engagés à faire connaître leurs publications individuelles sur la trace.

E. BIBLIOGRAPHIE

N.B. Cette liste est mise à jour régulièrement

Le paradigme de l’Homme-trace

GALINON-MELENEC, B. (dir.), (2011), L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces humaines contemporaines, Paris, Editions du CNRS, série L’Homme-trace tome 1, 409 pages.

GALINON-MELENEC, B., « Des signes-traces à l’Homme-trace. La production et l’interprétation des traces placées dans une perspective anthropologique », dans Mille A. (dir.), De la trace à la connaissance à l’ère du web », Intellectica, 2013/1, n°59, pp. 89-113.

GALINON-MELENEC, B., Expérience incarnée, construction cognitive et jugement : Le rôle des « signes-traces » du corps dans la signification » dans Boutaud JJ, Berthelot-Guiet K., (dir.), « La vie des signes au sein de la communication: vers une sémiotique communicationnelle » Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2013. (on line here)

La notion de trace

JEANNERET Y. (2011) Complexité de la notion de trace. De la traque au tracé, in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace, CNRS éditions, Tome 1, pp 59-86.

MILLE A. dir. (2013), De la trace à la connaissance à l’ère du Web Intellectica, n° 59,

LELEU-MERVIEL S (2013) « Traces, information et construits de sens. Déploiement de la trace visuelle de la rétention indicielle à l’écriture » dans Mille A. (dir.), De la trace à la connaissance à l’ère du web », Intellectica, 2013/1, n°59

MERZEAU L. (2013) « L’intelligence des traces » dans dans Mille A. (dir.), De la trace à la connaissance à l’ère du web », Intellectica, 2013/1, n°59.

MERZEAU L, « Du signe à la trace : L’information sur mesure » « Traçabilité et réseaux », Hermès, n° 53, 2009, p. 22-29.

GALINON-MELENEC, B. (2011), L’universalité de la trace. Le XXIe siècle, siècle de la trace ? in L’Homme-trace, CNRS édition, tome 1, pp 30-55.

Perspectives anthropologiques

BERNARDOT M. (2011), À la recherche des sans trace : cultures, espaces et citoyennetés in Galinon-Mélénec, B. (dir.), L’Homme trace, Editions du CNRS, pp. 331-347.

BOUTAUD JJ. DUFOUR S., (2011), L’indicible et l’indiciel : empreinte gustative et trace figurative citoyennetés in Galinon-Mélénec, B. (dir.), L’Homme trace, Editions du CNRS, pp 151-169.

GALINON-MELENEC, B. (2011), Fragments théoriques du signe-trace. Propos sur le corps communicant in L’Homme-trace tome 1, pp 191-212.

GALINON-MELENEC, B. (2011), « Prolégomènes illustrés de la trace, l’exemple du 20 juillet 1969 », in L’Homme-trace tome 1, pp 15-30.

GALINON-MELENEC, B., (2011), « Du diagnostic médical au diagnostic social : approche systémique sur rôle de l’interaction des signes-traces », in Galinon-Mélénec, B. (dir.), L’Homme trace, Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris, Editions du CNRS, pp. 171-191.

GAUTHIER G, (2011), Les distinctions honorifiques en tant que traces institutionnelles. in L’Homme trace, Tome 1, Editions du CNRS, pp. 289-303.

GRAMACCIA G. (2011), Les institutions de la médiation symbolique en quête de l’homme-trace in Galinon-Mélénec, B. (dir.), L’Homme trace, CNRS éditions, pp. 273-.287.

LEPASTOUREL N & TESTE B. (2011) Traces langagières en psychologie sociale de la communication, in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace, CNRS éditions, Tome 1, pp 127-147.

LESOURD M. (2011), Traces coloniales. Le « Blanc » et « l’Indigène », regards-traces croisés dans la mondialisation. in Galinon-Mélénec, B. (dir.), L’Homme trace, CNRS éditions, pp.305-329.

MARTIN.-JUCHAT F. et JULIEN P., (2011), Facebook et les sites de socialisation : une surveillance librement consentie in Galinon-Mélénec, B. (dir.), L’Homme trace, CNRS éditions, pp. 105-126.

MONSEIGNE A. (2011) L’homme interactionniste en politique in Galinon-Mélénec B (dir.), L’Homme-trace, CNRS éditions, Tome 1, pp 213-231..

NU (groupe NU) (2011), Les interactions homme-machine : la trace en perspective in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace, CNRS éditions, Tome 1, pp 87-103.

PAPILLOUD CH. (2011) L’intégration sociale par la traçabilité, in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace, CNRS éditions, Tome 1, pp 233-245

STECK B. (2011) Flux et territoires : de la trace à la marque, une question de distance. in Galinon-Mélénec B. (dir.), L’Homme-trace, CNRS éditions, Tome 1, pp 249 -271.

Traces numériques : de la production à l’interprétation

DULA D. (2013), Traces d’absence et TIC. Usages des diasporas emploi in Digital traces from production to interpretation, PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 77-90.

DELAMOTTE, E. (2013), Traces, corpus, cartographies. Réflexions sur les dispositifs de documentarisation de l’humain cognitive in Digital traces from production to interpretation , PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 167-177.

GALINON-MELENEC, B., (2013), Le numérique, entre innovations et risques Jeux, insertion sociale, diversité humaine, emploi in Digital traces from production to interpretation, PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 55-75.

GALINON-MELENEC, B., (2013), Numérique, plasticité psychique et insertion. Une piste pour les Digital natives schizophrènes ? in Digital traces from production to interpretation , PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 179-212

GALINON-MELENEC, B. ZLITNI, S., (2013), L’Homme-trace, producteur de traces numériques in Digital traces from production to interpretation , PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp 7-20.

HOLZEM MY., SAIDALI Y., LABICHE J., GROUPE NU, (2013), Des traces numériques pour une appropriation cognitive in Digital traces from production to interpretation , PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 147-165.

JEANNERET, Y. (2013), Les chimères cartographiques sur l’Internet. Panoplie représentationnelle de la « traçabilité » sociale in Digital traces from production to interpretation, PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 235-267.

LE CROSNIER H. (2013), Usage des traces par la publicité comportementale emploi in Digital traces from production to interpretation, paris, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 91-109.

MERZEAU, L., (2013), Traces numériques et recrutement : du symptôme au cheminement in Digital traces from production to interpretation ,PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, pp. 35-54.

MILLE, A. (2013), Traces numériques et construction de sens emploi in digital traces from production to interpretation, PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 111-128.

OLLAGNIER-BELDAME, M. (2013), Interagir dans un monde de plus en plus réflexif : Processus cognitifs et traces numériques – mémoire, interprétation et rapport au temps emploi in Digital traces from production to interpretation , PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 129-146.

PERRIAULT, J.,(2013), Protection des identités numériques personnelles : des futurs incertains in Digital traces from production to interpretation , PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 23-34.

PIPONNIER, A. (2009), L’individu est-il soluble dans le projet? Trace(s) de soi et effacement de soi dans la communication de projet, Bordeaux, Communication & Organisation, n°36, pp.123-134.

SOUCHIER, E. (2013), Voir le Web et deviner le monde. La « cartographie » au risque de l’histoire de l’écriture in Digital traces from production to interpretation, PARIS, CNRS EDITIONS, SERIE HUMAN-TRACE, TOME 2, pp. 213-234.

Traces et psychanalyse

ASSOUN P-L (1993), Traces : Introduction à la métapsychologie freudienne », parue aux PUF, seconde édition en 2014.

ASSOUN P-L (2001), Le mouvement et la trace. “L’inconscient moteur”, in « La Trace :Résonances”, Actes du XIVe colloque de thérapie psychomotrice , p.185-192 Paris 9-10-11 mars 2001.

ASSOUN P-L., (2004), Corps et symptôme.Leçons de psychanalyse, Anthropos/Economica, 2E ED., 332 P.

ASSOUN P-L., (2005), Précarité du sujet, objet de la demande. Préjudice et précarité à l’épreuve de la psychanalyse », in « Précarité, exclusion, abandon », Cliniques méditerranéennes n°72, 2005, pp.7-16

ASSOUN P-L., ZAFIROPOULOS, M., (2007), « Corps tracé et inconscient de la trace », in « Corps normalisé, corps stigmatisé, corps racialisé », sous la direction de Gilles Boëtsch, Christian Hervé et Jacques J. Rozenberg, De Boeck, pp.185-198

BRANCHU C..,  Archéo-analyse de l’oeuvre : Le Petit Prince : l’écriture d’un secret ou la trace secrète d’une écriture hiéroglyphique, Psychologie, Thèse, 2011, CRISES – Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et Sociales de Montpellier

CHABAUD F., La fonction analytique. Freud, Jung, Lacan : Approche transdisciplinaire, Philosophie, Thèse, Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales de Montpellier, 2012-

ZAPATA-REINERT L., Esthétique du symptôme : quand la trace se fait désir in Les Cahiers du CEIMA, Centre d’études interdisciplinaires du monde anglophone 2013, Trace humain, 9, pp.67-77

Varia

ARNAUD M., MERZEAU L. (Dir.), « Traçabilité et réseaux », Hermès, n° 53, 2009.

BARTHES R., La chambre claire, dans Œuvres complètes, vol. 5, p. 785-891, Paris, Seuil, 2002 [1ère éd.1980].

BAUTIER R., « Les réseaux de l’internet : des artefacts bien (trop) vivants », Les enjeux de l’information et de la communication, 2007 (Texte en ligne : http://w3.u-grenoble3.fr/les_enjeux/2007-meotic/Bautier/home.html).

BERTHOZ A. (dir.), Leçons sur le corps, le cerveau et l’esprit, Paris, Odile Jacob, 1999.

BERQUE A., Milieu, co-suscitation, désastres naturels et humains, Ebisu, n°47, p 41-48.

BOUTAUD J.-J., VERON E., Sémiotique ouverte : itinéraires sémiotiques en communication, Paris, Hermès-Lavoisier, 2007.

BROCCHINI I., Trace et disparition dans l’oeuvre de Walter Benjamin Thèse de doctorat en Philosophie Soutenue en 2005 à Paris 1.

CHUI CHOI, Trace, espace et ombre de la machine Thèse de doctorat en Arts et sciences de l’art. Art plastiques, Soutenue en 2008 à Paris 1.

DARRAS V., El abandono y los vestigios dejados por el tiempo. Trace, 2003, pp. 3-10. <halshs-00119662>

DAVALLON J. (Dir.), « Les traces d’usage dans un corpus de sites de tourisme », dans Economie de l’écriture sur le web, 2 tomes, à paraître.

DAVALLON J., NOËL-CADET N., BROCHU D., « L’usage dans le texte : les ‘traces d’usage’ du site Gallica », dans Emmanuël SOUCHIER, Yves JEANNERET, Joelle LE MAREC, dir., Lire, écrire, récrire : objets, signes et pratiques des médias informatisés, Paris, Éditions de la BPI, 2003, p. 45-90.

DELEUZE G., Pourparlers, Paris, Minuit, 1990.

DERANSART P. (2013) « De l’objet trace en génie logiciel » in Intellectica, 2013/1, n°59

DERRIDA J., BENNINGTON G., Jacques Derrida, Circonfessions, Paris, Editions du Seuil, 1991.

DESCOLA Ph., Par delà nature et culture, Paris Gallimard, 2005.

DULA D. «Mimesis de l’écran. Quand le contenu est sa propre représentation », in Lancien T. (dir) Ecrans et médias, Médiation et Information (MEI) n° 34. Paris : L’Harmattan. 2012. 222 p.

ERTZSCHEID O., « L’Homme, un document comme les autres », « Traçabilité et réseaux », Hermès, n° 53, 2009, p. 33-39.

ERTZSCHEID O., GALLEZOT G., SIMONNOT B., A la recherche de la « mémoire » du web : sédiments, traces et temporalités des documents en ligneDans Manuel d’analyse du Web (2013) 53-68 [sic_00804245 – version 1]Cf. http://hal.archives-ouvertes.fr/

FABRE G., La trace du corps dans la langue, revue Tigre, 2008, pp. 9-20.

FABBRI P., Le tournant sémiotique, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008 [1ère éd. 1998].

FERRY J-M., « Le paradigme indiciaire », dans Denis THOUARD, dir., L’interprétation des indices : enquête sur le paradigme indiciaire avec Carlo Ginzburg, Lille, Presses du septentrion, 2007, p. 91-102.

FONTANILLE J., OUELLET P., Signification et sensation, Limoges, PULIM, 1992.

GALINON MELENEC, B., MONSEIGNE A., (2011), « La sémiotique des ‘signes-traces’ appliquée au recrutement : Le cas de la recherche du ‘bon candidat’ via les traces numériques » in Catellani A. et Versel M. (dir.), Les applications de la sémiotique à la communication des organisations, Communication & organisation, n° 39, juin 2011, pp. 111-123.

GALINON-MELENEC, B. (2012), « Le numérique : de l’usage aux traces, du fantasme au doute ou au cauchemar » in Denoit N. (dir.), L’imaginaire et la représentations des TIC dans la société.

GALINON-MELENEC, B., MARTIN-JUCHAT F., ( à paraître) Du « genre » social au « genre » incorporé : Le « corps genré » des SIC in Bernard F. Loneux C. (dir.), Recherches au féminin en Sciences de l’Information et de la Communication, Revue Française des Sciences de l’Information et de la Communication, 2013 (à paraître)

GALINON-MELENEC, B., ZLITNI S., (dir.), (2013), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, Editions du CNRS, série L’Homme-trace tome 2, 274 pages.

GALINON-MELENEC, Béatrice, « Homme-trace » et « signes-traces », deux nouveaux paradigmes français à l’épreuve des faits. Handicap psychique et recrutement, Tome 2 Rouen, Klog éditions, 2012, 110 pages.

GINZBURG C., « Traces. Racines d’un paradigme judiciaire », dans Carlon GINZBURG, Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et Histoire, Paris, Flammarion, 1989, p.139-180.

KLINKENBERG JM, « Précis de sémiotique générale », Louvain-la-Neuve, De Boeck, 1996 ( = Culture et Communication); repris en collection de poche, Paris, Le Seuil, coll. Points, Template:Numéro, 2000

HARRIS R., Sémiologie de l’écriture, Paris, CNRS éditions, 1996.

JAUREGUIBERRY F., « Le local ne disparaît pas : il devient mondial », in La société éclatée. Le retour de l’objet local (éds. Franck Cormerais et Pierre Musso), La Tour d’Aigues, l’Aube, 2014, pp. 41-49

JAUREGUIBERRY F., « La déconnexion aux technologies de communication », Réseaux, 2014, n° 186, pp. 17-49

JAUREGUIBERRY F., « La ville numérique : les dangers d’une simple logique instrumentale », Urbanisme, 2014, n° 394, pp. 67-69.

JEANNERET Y., « Désigner, entre sémiotique et logistique » dans Ismaïl TIMIMI, Susan KOVACS, dir., Indice, index, indexation, Paris, ADBS éditions, 2006, p. 17-36.

JEANNERET Y., « Prendre en considération l’aventure sémiologique », Hermès, n°48, 2007, p. 109-116.

KIM, Sung Do, « L’écologie déséquilibrante de l’oubli chez l’homu numericus », in NETCOM, n°26, 2012, pp. 111-128.

LICOPPE CH., DRAETTA L. & DELANOË A. (2013), Des « smart grids » au « quantified self ». Technologies réflexives et gouvernement par les traces, une étude de cas sur la consommation électrique en milieu domestique in Intellectica, n° 59

LOTMAN J-M., La sémiosphère, Limoges, PULIM, 1999.

MERZEAU L., « La présence, plutôt que l’identité », Documentaliste – Sciences de l’Information, vol. 47, n° 1, 2010, p. 32-33.

MERZEAU L., « Mémoire », Médium, n°9, 2006, p. 153-163.

MILLE A., alii., Trace-Based Reasoning – Modeling interaction traces for reasoning on experiences, in The 26th International FLAIRS Conference, United States (2013)Cf. http://hal.archives

MILLE A., MARTY J.C. (Dir.), Analyse de traces et personnalisation des environnements informatiques pour l’apprentissage humain, Hermès Sciences Publications, collection IC2 informatique et système, 2009.

NASSIKAS K., Traces du corps en psychopathologie, Thèse de doctorat en Médecine. Biologie humaine Soutenue en 1993 à Lyon 1.

PARRET H., « Vestige, archive et trace : présences du temps passé », Protée, n° 32/2, 2004, p. 37-46.

PERRIAULT J., Réseaux de communication, un aperçut à travers le temps, in Le temps des médias, 2012, p 148-158.

PEIRCE C-S., Écrits sur le signe, Paris, Seuil 1978 [posth].

RASSE P., Traces et patrimoine, essai de problématisation, in Idjeraoui Ravez Linda, Pelissier Nicolas (sld), Quand les traces communiquent… Culture patrimoine, médiatisation de la mémoire, Ed L’harmattan, 2014, p.p. 65-73.

RASSE P., Traces, patrimoine, mémoire des cultures populaires, ESSACHESS. Journal for Communication Studies, vol. 5, no. 2(10) / 2012, pp 245-254.

ROUX S. Le document de voyage : traces et cheminements hybrides comme médiateurs de savoirs, Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication Soutenue le 28-09-2012 à Toulouse 2 au LERASS.

SALOMON M., Emmanuel Levinas, la vie, la trace, J.C. Latès, 2002.

SEBBAH F. Levinas, Librairie Académique Perrin, 2010.

SERRES A., « Quelle(s) problématique(s) de la trace ? ». Communication au séminaire Cercor, 13 décembre 2002 (Texte en ligne :http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00001397/en).

SOUCHIER E., « Internet : naissance d’une écriture divinatoire », Communication & langages, n° 158, 2008, p. 93-106.

TARDY C., DAVALLON J., « La constitution de corpus d’identités entre calcul et témoignage », dans Jean DAVALLON, dir., L’économie des écritures sur le web, Paris, Hermès-Lavoisier (À paraître).

TIERCELIN C., Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF, 1993.

VARELA F., Connaître les sciences cognitives, tendances et perspectives, Paris 1988.

VEYRIE N., Deuils et héritages : confrontations : restes, traces et empreintes du proche, Thèse de doctorat en Sociologie, Soutenue en 2006 à Montpellier 3.

 

 

——————————————————————————————————————————————–

VOUS POUVEZ ADRESSER VOS PUBLICATIONS SUR LA TRACE  à : galinon@free.fr

LA PERTINENCE DE LA MISE EN LIGNE FAIT L’OBJET D’UNE ÉVALUATION EN DOUBLE AVEUGLE

 

Publicités